Accueil Actualité Archive forum Matériel Annonces Consentement

Pourquoi avoir arrêté le ping et l'avoir repris ? (demande de témoignages)

Bonjour à toutes et à tous

Comme vous le voyez sur le titre, je vais poser une question à toutes les personnes qui on arrêté le ping:« Pourquoi avoir fait ce choix ? » et éventuellement au pongiste qui on repris le meilleur sport du monde :« Pourquoi avoir repris le ping apres un arrêt ? » depuis peu je me rends compte qu’il y a de + en + de personnes qui arrêtent le ping. Par exemple dans mon club io y avait le 13ème meilleur joueur de France de sa catégorie et du jour au lendemain… Plus rien ! Il ne venait plus du tout…

En tout cas comme le dit ce fameux Jacques Secrétin :« quand on adire quelque chose, in ne le quitte pas comme ça, c’est pas possible »

Arrêt : plusieurs changements de ville de résidence (études puis travail). Vie de couple puis les enfants…
Reprise + de 20 ans après : nécessité de refaire du sport l’âge venant. En salle de préférence (facilité d’exercice). Le retour au ping s’est imposé comme une évidence. J’apprécie que ce soit un sport individuel en équipe.

Edit : l’envie m’est venue aussi en jouant avec mes enfants sur une « table de camping ». Du coup mon fils s’y est également mis en UNSS sur les pauses déjeuner au collège.

1 J'aime

Perso je suis revenu à ce sport, après 27 ans de pause, suite à une blessure de mon fils qui l’a contraint à stopper le foot et donc débuter le ping.
Les débuts ont été difficiles, plus sur le plan du comportement des adversaires… et la cette année, je joue des mecs super fair play, de bonnes ambiances d’après match et mon fils s’épanoui ds ce sport et commence à me faire de grosses misères.
Le seul hic, je me suis blessé quasi des ma reprise avec une tendinite qui ne me lache plus, malgré un traitement adéquat (faudrait que je passe sur le billard pour un conflit accromio claviculaire), mais je m’éclate et parfois ne suis plus trop loin de mon niveau d’antan… enfin surtout à l’entrainement car en match misère de misère… Bref que du bonheur avec de nouvelles connaissances à la clef et des moments de partage sympa avec mon fils… bon, ça fritte quand même un peu parfois sur le plan de son comportement, j’espère que ça s’améliorera avec le temps

Arret en 2002 à cause d’une tendinite au coude et retour l’année derniere « à cause » de mon fils qui jouait au bad dans le meme cpmlexe que le ping, j’en ai eu marre d’entendre la balle quand je l’emmenais au bad et j’ai craqué, j’ai demandé à jouer comme ca au mois de juin et en septembre , je reprenais une licence.

1 J'aime

Alors moi, je m’étais transféré il y a 5 ans au club du CP Montois (à Mons donc, en Belgique). Seulement, quelques semaines après, j’ai trouvé un job à Bruxelles et donc, après avoir fait la route jusque Bruxelles je n’avais plus envie de me farcir celle menant à Mons. Et donc, j’ai stoppé la saison avant de la commencer. J’ai juste joué un match en dépannage .

La saison suivante, je devais retourner à mon club des débuts (CTT Braine) dans le but d’y jouer avec mon frère et mon cousin. Seulement ils arrêtaient et je suis donc parti à la RPAC Clabecq à Tubize. Mon choix s’est porté sur le fait que les matchs se jouent essentiellement le vendredi soir dans la province du Brabant wallon, et donc ça me permettait de ne pas rater de matchs lorsque je suis amené à travailler le weekend.

J’y entame ma 4e saison malgré le fait que j’habite désormais Bruxelles, tant l’ambiance de ce club le plait !

Pour moi pose de 11 ans. En pleine progression, j’avais l’impression de faire un sport étriqué, de tourner en rond ! parti sur un autre sport pendant ces 11 ans (rugby) et après un titre de champion de France et moult blessures retour au ping, ça fait 20 ans que cela dur et quel pied !

1 J'aime

Ok @Owlnavy . la citation de J. Secrétin est mignonne mais dans la vie c’est pas si simple…
Un témoignage qui doit ressembler à bcp d’autres :
j’ai commencé le tennis de table en club vers 14 ans pour faire plaisir à mon père (pongiste depuis longtemps), c’était mon sport n°2, pour moi une sorte de sport ludique et convivial, et l’occasion de partager des soirées avec mon père lors du championnat. Je suis monté 45 vers 16-17 ans, suivant les progrès de notre équipe passé de D1 en R3… Mais à 18 ans, entre les études sup et mon autre sport, il n’y avait plus de place pour le ping… Je ne mettais plus les pieds à la salle mais j’ai continué à prendre une licence pendant quelques années, pour garder un lien et servir de bouche-trou si besoin à une équipe . 1er emploi, déménagement : je n’ai plus renouvelé la licence.
Arrêt complet pendant + de 10 ans. Travail, enfants… le ping n’était plus qu’un lointain souvenir.

Et puis un jour, l’envie est revenue : nouveau déménagement, balade dans un forum des asso , tiens il y a un club de ping juste à côté ? J’irais bien essayer ! J’arrive en mode loisir, les joueurs veulent directement que je prenne une licence compétition, et me balance dans l’équipe 1 où il manquait 1 joueur… Et voilà comment on se refait une bande de copain, qu’on se remet à la compétition, et que le plaisir de jouer est revenu ! Enfin il n’était jamais parti… mais la vie a décidé ainsi !

2 J'aimes

Quand j’ai cité cette citation, je pensais plus à un truc du genre « j’arrête le ping du jour au lendemain » comme la personne que j’ai cité. Bien évidemment quand on arrête le ping pour continuer les études, des raisons familiales, des blessures graves, travail… Dans ces cas là je comprends très bien qu’on arrête.
D’ailleur si je veux faire PACES je devrais arrêter pendant une année entière…

1 J'aime

Deux arrêts, un d’un an et le deuxième 2 ans
Première fois je voulais découvrir autre chose pis j’en avais un peu marre
Le deuxième pareil j’en avais marre je progressais plus… Limite je regressais c’est pour dire du coup j’ai fait une année sans sport, une année de volley qui a été une sorte de révélation j’adorais le sport mais j’ai du arrêter à cause des horaires compliqués (vu que suis en internat) si j’avais vu continuer volley je l’aurai fait mais maintenant je prends clairement mon pied au ping et ça m’étonnerait que je m’arrête de nouveau

Ah un très bon sujet qui fait mal, j’ai arrêté le ping entre 12 et 14 ans, je ne me souviens plus, classé 60. J’ai arrêté car notre club avait une très mauvaise approche, le club faisait des équipes équilibrées chez les jeunes….un jour de championnat départemental, on perd car mon partenaire était vraiment en dessous et l’autre équipe avec le meilleur joueur du club perd aussi car son partenaire était en dessous….ensemble nous étions sans doute champion ce jour là.

J’ai arrêté le ping ce jour là, je suis rentré en pleurant, j’ai rangé la raquette dans la placard (banda allround, varispin, tachinessD) et je n’ai repris la raquette que 25 ans après avec mon fils il y a 3 ans !!

2 J'aimes

ben ça serai une grosse erreur, faut pouvoir décompresser en mixant sport et étude…
dixit un gars qui a arreté le ping en entrant en pcem1, d’un autre coté, ça m’a laissé de la place pour faire la fête ;-).

1 J'aime

Pour ma part j’ai arrêté il y a une quinzaine d’années pour une combinaison de plusieurs raisons : J’étais dans une équipe de potes et on finissait au resto après chaques matches, mais l’équipe s’est réduite en une saison (déménagement hors ile de France, arrêt pour naissance d’une petiote ou juste par lassitude) et même si les nouvelles personnes de mon équipes étaient très sympa on se serrait la main à la fin du match et à dans 2 semaines.
En plus mes semaines de taff commençaient à être de plus en plus longues ce qui ne me permettait pas d’aller à un entrainement ou les joueurs de mon niveau s’entrainaient.
J’ai donc préféré arrêter, même si mon club m’a repris une licence les 2-3 années qui ont suivit pour que je dépanne en jouant 3 fois dans l’année (pour aider un maintien ou une montée).

Entre temps j’ai joué pas mal au squash avec des potes et me suis inscris dans un club de badminton (sans compétition toujours).
Mais déménagement pour moi aussi de Paris en Essonne, donc c’est devenu compliqué de continuer le bad, et en même temps il y a 2-3 ans j’ai recommencé à m’intéresser au ping (un match ou 2 sur internet pour des grosses compétitions), et à avoir un peu plus de temps libre, ce qui fait que j’ai fini par me réinscrire dans le club pas loin de chez moi. L’an dernier j’ai proposé de faire un peu de compet pour dépanner sur quelques matchs… au final j’ai du faire toutes les journées de championnat mais vraiment pas satisfait par mon niveau de jeu (super crevé en plus le vendredi soir), donc plutôt loisir pour moi cette année… et étonnamment mon niveau recommence à être un peu plus correct (je pense que je dois rejouer 11-12 à peu prêt). Mais vu qu’en début d’année prochaine je devrais avoir à nouveau peu de temps libre (démarrage commercial de ma boite + arrivée d’un petit squatteur à la maison) pas sur de reprendre en compet tout de suite :slight_smile:

J’ai joué de 10 à 20 ans (de 1975 à 1985), puis j’ai arrêté parce que j’avais envie de faire autre chose de ma vie.
J’ai repris à 45 ans (2010) parce que je venais d’arrêter de fumer et que je ressentais le besoin de refaire du sport et que le ping est accessible même quand on n’a pas trop la caisse.

Le bilan que je tire de tous vos commentaires; c’est que beaucoup ont arrêté parce qu’ils en avaient marre , pour faire autre chose ou pour des soucis de santé. Et que, quelques années plus tard, ils essaient de reprendre un sport par défaut et non par choix( soit parce qu’il n’est pas trop exigeant au niveau physique, soit parce qu’il n’est pas trop chronophage. )
Très peu reprennent par choix et sans contrainte. Un peu comme si on se mettait à la pétanque quoi.

1 J'aime

j’ai arreté en 2007 en entrant en prépa, je venais de passer 50.
j’ai repris en 2013 car j’avais pris pas mal de poids et j’etais enfin plutot stable en commençant à bosser. j’avais envie de rejouer, ça me manquait. Au premier entrainement je me suis demandé comment j’avais fait pour arreter en fait, tellement j’ai pris mon pied.
J’ai repris la compet direct, suis passé de 8 à 11 en 1 an, puis j’ai stagné à 11. Changement de club y a 2 ans, je suis 13, j’ai enfin rattrapé mon classement de 50 de ma jeunesse

Si, moi, ça fait quelques années que j’avais envie, et j’ai sauté le pas cette année.

Tant mieux, il y a toujours des exceptions. :+1::grinning:

Je remplirais pas les objectifs de classement apr contre, même si mon jeux est bien revenue sur la dernière journée.

1 J'aime

Par défaut, faut pas exagérer. Je lis beaucoup d’envie et de plaisir.
Pour ma part, refaire du sport était une nécessité. Nécessité largement dépassée par le plaisir retrouvé de taper dans la balle.

Certes, mais ce que je voulais dire, c’est que tu n’allais pas te mettre au badminton, au triathlon ou au football, même si tu aimes ces sports. :wink: