Accueil Actualité Archive forum Matériel Annonces Consentement

Le coin des antis-antis !


#61

Pour avoir joué avec les deux, Ils sont très proche du best anti, assez lent.
Je conseillerai un bois off-, off à rejet bas, surtout avec les nouvelles balles.
Il y a 20 ans, on considérait qu’en choisissant un bois déf on avait un meilleur contrôle qu’un bois off, maintenant ce n’est plus le cas, tu trouves des bois off- off avec un contrôle tout aussi bon, comme le violin par exemple, un peu cher mais il doit y en avoir d’autres à des prix plus abordable.
Hors table, pour défendre, tu dois vraiment ramer pour remettre avec l’anti sur un bois all comme le stiga all classic qui est pour moi un des meilleurs en contrôle, alors qu’avec un bois off off- tu n’as aucun mal.
On demande quoi au juste à l’anti, d’annuler l’effet adverse en retour de service et en top, pourquoi se priver de la vitesse que nous donnera un bois rapide qui aide aussi pour finir le point en CD, et rien ne t’empêche de faire des amorties :wink:


#62

De toutes façons, un anti lisse est un pléonasme puisqu’un anti top est forcément lisse.
C’est comme si on disait un backside adhérent.


#63

Ah bah voilà le mot de la fin. Un modo peut fermer le sujet ? :stuck_out_tongue:


(12- OSP Ultimate2 /H3neo/T05fx) #64

Y’a lisse et lisse.


#65

Alors là il va falloir que tu m’expliques la différence. En son temps, Coluche nous expliquait que le linge pouvait être blanc et même plus blanc que blanc avec certaines lessives. On est un peu dans le même registre. Par contre, en revêtements classiques, c’est vrai qu’il existe des différences d’adhérence selon les revêtements mais qui ne changent pas leurs spécificités et le mode de jeu. Je ne suis pas sûr qu’il en soit de même entre un anti “simple” et un anti “lisse” au point d’en faire une catégorie spécifique. Que les anti-topeurs du forum me contredisent …


(12- OSP Ultimate2 /H3neo/T05fx) #66

Eh bien je pense, en toute amitié, que tu parles sans savoir. La différence entre les deux catégories d’anti est évidente, au toucher déjà, et l’utilisation de l’un ou de l’autre est complètement différente.

Je t’invite à essayer successivement un anti lisse et un anti classique et tu verras la différence par toi-même, rien qu’en passant ta main sur le topsheet. Essayer de te convaincre à l’écrit ne sert à rien.
Exemple d’anti lisse : Dr Neubauer Bison, DMS Megablock
Exemple d’anti classique : Juic Neo anti, Nittaku Best Anti


(12- OSP Ultimate2 /H3neo/T05fx) #67

et tu sais le pire ? Un anti lisse est trois fois plus dégueulasse pour l’adversaire qu’un anti non lisse. Je pense même qu’on peut dire que question pourrissage c’est pire qu’un picot long. Tu adorerais :joy:


(thierry) #68

je suis d’accord avec toi popette mais il faut de longues heures d’entrainements pour maitriser un anti lisse.
beaucoup de personnes pensent que c du pain bénis .
c pas le cas
gestes différents,sensations différentes,touché , etc
il faut beaucoup de temps pr maitriser tous sa


(Jean-Jacques) #69

Il y a vraiment une différence entre les anti traditionnels et les anti lisses. Suivant le modèle les anti traditionnels au niveau du top sheet accrochent légèrement et possèdent également un certaine élasticité ce qui n’est pas du tout le cas des anti lisses. Sur ces derniers au niveau de la surface, on dirait presque qu’une fine feuille de plastique est collées sur la surface. Le seul point en commun est la mousse amortissante. La philosophie de jeu s’en ressent et c’est pourquoi il y a peu de joueur d’anti classique qui passe au lisse, avec un anti lisse on cherche à faire la faute avant tout, avec un anti classique il y a plusieurs tactiques soit on cherche à faire monter la balle pour terminer en attaque soit on use l’adversaire et on le fait douter en variant constamment les effets et la longueur (je schématise).


#70

Je suis bien d’accord avec toi. Dans mon club, j’en ai un qui ne doit pas bien s’en servir alors parce qu’il ne gêne absolument personne. Il se fait massacrer comme s’il était sans défense. Quant aux bons défenseurs, ils n’utilisent que des antis “classiques”.


#71

Et avec un anti lisse , c’est quoi la tactique pour faire faire la faute à l’adversaire ? Un joueur dans mon club est complètement impuissant face à l"adversaire. ça ressemble à un suicide pongistique.
J’ai essayé sa raquette. Effectivement, c’est compliqué de jouer avec ça et, le pire, c’est qu’on ne voit pas très bien ce qu’on peut faire avec.


(12- OSP Ultimate2 /H3neo/T05fx) #72

Il est classé combien ? Il joue comment ?


(in Tokyo. 1350/Korbel/ T80 1.9/ SpinArt 2.1) #73

Le problème quand on joue un anti ou picot, c’est qu’en mode “automatique”, on est conditionné à voir associer le même geste de l’adversaire à la balle qu’on recevrait d’un joueur de BS faisant le même geste. Il faut absolument ne pas tomber dans ce panneau, car l’effet et trajectoire sont différents, le choix du coup à effectuer et le timing à avoir sont différents aussi.

Donc, s’entraîner souvent avec des picots et antis pour pouvoir brancher son cerveau en mode “jouer contre anti ou PL” est essentiel. Et sinon, avoir aussi la même approche mentale, que si on faisait un panier de balle avec effet et placement aléatoire au robot. juger de chaque balle par elle-même. Le robot ne fait pas de geste, donc il faut juger de la balle au rebond, sa vitesse etc…

En vrai le PL c’est plus facile évidemment quand on sait que ça inverse et si on sait ce qu’on vient d’envoyer on sait à peu près ce qui revient.


(in Tokyo. 1350/Korbel/ T80 1.9/ SpinArt 2.1) #74

en terme de tactique, il vaut mieux je pense imposer un jeu d’attaque dès le départ (retour/3è balle; servir long) et sortir le joueur PL/anti de sa zone de confort. Si l’échange dure, il y a des risques accrus de tomber dans son jeu et de perdre. A contrario si ce n’est pas possible (= trop de fautes en 1ère attaque), il faut accepter l’échange et revenir aux fondamentaux du ping.

il faut aussi se souvenir que le joueur combi va vouloir attaquer CD et ne pas être surpris. Au contraire, il faut y être préparé car souvent ce joueur ne s’attend vraiment pas à ce qu’on bloque ou contre son attaque “surprise” et risque d’être à la rue par un simple bloc ou contre. Si il s’en prend 2 ou 3 de suite, il va douter, vouloir rester passif avec son anti, et finalement si on capte le rythme, même si l’échange dure, et que ça peut être stressant, il va y avoir une bonne occasion et une bonne balle à attaquer en étant patient.


(12- OSP Ultimate2 /H3neo/T05fx) #75

Je vous trouve vachement caricaturaux dans l’ensemble. Moi je trouve qu’il y a beaucoup de jeux différents avec un picot long ou un anti, qu’il soit classique ou lisse. Le seul truc qui peut limiter un peu avec le lisse c’est qu’il est plus difficile d’attaquer avec et qu’il me semble nécessiter une maîtrise technique plus importante qu’un picot long ou un anti classique, ne serait-ce que pour mettre la balle sur la table ou mettre une balle qui ne soit pas un tir de ball-trap. Mais c’est compensé par un niveau de gêne bien plus important qu’un anti classique ou un picot long.
C’est sûr qu’a priori, un backside autorise toutes les variations possibles donc une plaque spéciale, comme elle est spécialisée, a forcément moins de possibilités. Sauf que :

  • en vrai, suivant la façon dont tu touches la balle avec ta plaque spéciale, tu peux quand même changer des choses…
  • certains coups deviennent quasi impossibles à remettre par l’adversaire, comme un bloc amorti ultra court ou tellement inversé que la balle en devient inremettable (j’en réussis de temps en temps)
  • avec la possibilité de tourner la raquette, ce dont certains ne se privent pas, ça fait de grosses possibilités de variation qui sont souvent ultra surprenantes pour l’adversaire. Je ne sors plus mon top revers qu’une ou deux fois par set, mais quand il passe, c’est point à chaque fois…

Je pense que la vraie limitation de ces plaques c’est quand on les destine à un jeu uniquement défensif, parce que la défense, dans le principe, est un style de plus en plus difficile à assurer dans le ping moderne, et la balle plastique ne va pas aider. Et encore c’est surtout valable quand on monte en niveau, parce qu’à nos niveaux très amateurs, je pense qu’une plaque spéciale ça peut faire mal, parce que le niveau de maîtrise des joueurs en backside n’est pas si bon qu’ils puissent décider de ce qu’ils mettent dans la balle en permanence et donc être capable de toujours prévoir ce qu’ils recevront en retour…


(Jean-Jacques) #76

Je ne joue pas avec un lisse mais le truc qui marche bien avec est de faire toper l’adversaire pour bloquer en plein coup droit.

Et un anti classique jouant à la table


(15/16 / Tibhar H-5 / CD Rakz7 1.8/ RV Rakz7 soft 1.8) #77

Le gars avec la pelle dans la premiere video est super.Belle maitrise mais c est dommage qu on voit que les points qu il gagne, ca fausse un peu le jugement. Pour moi ca joue bien plus fort que mon pote Helmut, mais faut voir…


#78

C’est un petit joueur classé 5 certes, mais normalement avec un anti classique un 5 passe automatiquement au moins 9 ! Là , il s’en prend plein la figure et stagne à 5. Étrange tout de même ? …


(13 - Chen Weixing / 868 / Curl P1-R) #79

Bah non, c’est juste qu’il sait pas s’en servir, et qu’il a meilleur temps à virer son anti et à remettre un BS. :joy:

Allez, je suis caricatural. Mais deux solutions :

  • soit il s’entraîne et apprend à se servir de l’anti
  • soit il l’enlève, et revient sur un BS, quitte à retourner à l’anti plus tard, quand il aura “mûrit” techniquement

(Derf59 ImmunePB / H3 Pro Turbo / Piranja FDTecs) #80

… mettre un anti l’aidera juste a gerer plus facilement les effets (notamment au service)
Dans le jeu ensuite si il n’exploite pas de facon judicieuse son anti ca va tourner a son desavantage.