Accueil Actualité Archive forum Matériel Annonces Consentement

Faut-il privilégier la qualité de l'entrainement à la quantité d'heures passées à la salle dans un sport aussi technique que le tennis de table ?


(junky) #81

On est d’accord alors :slight_smile:


(Hurricane 2) #82

Ben oui évidemment après ça dépend de plein de choses. C’est sûr qu’avec un boulot chronophage et des enfants en bas âge ça bouffe le temps. Avoir envie ne suffit pas.

En ce qui me concerne je ferais deux heures de services tous les jours. Peut être même que je retrouverais mon service lancé.

L’avantage d’avoir une table chez soi c’est qu’elle est 100% dispo. Ce qui n’est jamais le cas d’une salle de ping.


(12- OSP Ultimate2 /H3neo/T05fx) #83

ça c’est clair que c’est le mieux. Moi je me suis positionné dans la mesure où on choisit entre qualité et quantité. Mais si on peut faire les deux…


(in Tokyo. 1350/Korbel/ T80 1.9/ SpinArt 2.1) #84

Clair

D’ailleurs je viens de passer à ma salle
Aucun partenaire habituel et tout le monde a l’air pris
J’arrive à taxer un jeune d’un groupe de trois pendant minutes et un autre qui attendait son partenaire pendant 15mns. C’était ma séance du jour mais je suis content j’ai transpiré et pu essayer deux ou trois trucs


(in Tokyo. 1350/Korbel/ T80 1.9/ SpinArt 2.1) #85

Clair

D’ailleurs je viens de passer à ma salle
Aucun partenaire habituel et tout le monde a l’air pris
J’arrive à taxer un jeune d’un groupe de trois pendant minutes et un autre qui attendait son partenaire pendant 15mns. C’était ma séance du jour mais je suis content j’ai transpiré et pu essayer deux ou trois trucs, et j’ai essayé d’être concentré sur chaque balle.


#86

Non je crois que ce n’est pas son truc tout simplement : elle était plus occupée à discuter avec les copines que d’apprendre les gestes, assez rébarbatifs, je dois reconnaître.
Peut-être que j’aurais dû la laisser s’amuser tout simplement…
Le plaisir doit toujours être le maître mot.


(1629 - V1- VIP 2018 + battle2 + aero soft carbon) #87

Avec les gamines c’est pas toujours évident, avec mon fils c’est simple on veut bosser un truc, on fait des exos répétitifs, du panier, on veut apporter une modification de gestuelle, il écoute, il essaie, il met en place, bref c’est assez simple. Avec ma fille si je veux faire pareil, au bout de 20 minutes elle commence à faire la gueule, elle s’ennuie… Pour la faire bosser je suis obligé de passer par des jeux, avec des cibles, des règles avec des gages… Sinon ça la gave vite…


(51 ans, Clst 15, Innerforce Layer ZLF, T05, GDT0x) #88

Qd j’essaie d’entraîner mes 3 gamins, au bout de 2 mn, généralement je commence à bouillir tellement ils font de gros efforts pour bousiller la séance d’entraînement… Heureusement, il n’y a pas d’arme à feux à la maison…
Les fillettes entraînées individuellement ça va mais c’est rare… à 2 c’est plus dur, à 3, c’est vraiment sportif…


#89

elle a quel age ta gamine ?


(1629 - V1- VIP 2018 + battle2 + aero soft carbon) #90

10 ans


(1629 - V1- VIP 2018 + battle2 + aero soft carbon) #91

Quand elle fait les stages régionaux de détection, elle se retrouve avec un groupe de gamines de son âge (au club elle est un peu toute seule parmi les garçons ados), du coup elle peut s’amuser et elle ne progresse jamais autant qu’à ses périodes là (qui ne dure pourtant que 3-4 jours)…


#92

patience, ma plus vieille vient d’avoir 12 et ma plus jeune 10 et question travail c,est le jour et la nuit meme si paradoxalement si je compare au meme age la plus jeune travaille plus.
Pour la plus vieille ca a decoller les derniers mois quand elle a fait son stage en chine et qu’elle a ratrappée un autre groupe


(1629 - V1- VIP 2018 + battle2 + aero soft carbon) #93

Oui je patiente, elle a déjà beaucoup évolué en un an, elle grandit vite en ce moment et ça ne va pas tarder à s’en ressentir au ping!


(1629 - V1- VIP 2018 + battle2 + aero soft carbon) #94

Mon fils au même âge était plus sérieux (peut être même trop), plus concentré sur ce qu’il faisait, appliqué… Ma fille paraît plus douée mais niveau concentration, attention, application, détermination c’est pas encore ça, mais ça vient petit à petit.


#95

Moi je suis d’accord pour dire que tout ça c’est des excuses.
Pas besoin d’aller à la salle tous les jours pour beaucoup s’entraîner : assouplissements, gainage, pilates, fractionné, agility ladder (ou le carrelage de la cuisine, ça marche bien aussi), et j’en passe pour le physique, shadow ping, robot, services, plus derrière analyse de matchs et travail sur les tactiques, avec ça t’en as pour une bonne vingtaine d’heures par semaine à t’entrainer sans mettre les pieds à la salle.
Et puis avoir un entraîneur c’est bien, mais faut pouvoir en profiter. Y’a trois semaines on a un ancien numéroté qui est venu à la salle (quand je dis numéroté c’est environ 50° français, 70 en comptant les étrangers, champion de France en indiv’ et équipe en jeunes, équipe de France moins de 17 tout ça), il m’a fait faire du panier de balles, ça a duré 10 minutes et il a fallu que je sorte pour gerber tellement j’étais à la rue : pas de décontraction, pas de rythme, pas moyen de respirer, les cuisses en feu après 20 balles, la misère. Parce que les heures de physique qu’il faudrait que je fasse à la maison, bin je les fais pas.
Et enfin, si le jeune en pleine bourre il te bat, c’est pas parce qu’il s’entraîne deux heures par jour, c’est parce que sa(ou ses deux) séance(s) d’entraînement par semaine, il les passe à s’entraîner pour de vrai, pas à jouer à la baballe avec les copains. Question d’engagement, de motivation, de différence de conception entre le sport et le loisir.
Progresser, même sans entraîneur, même sans salle, même en étant vétéran, c’est possible. Mon coach a commencé le ping il y a une douzaine d’années, à quarante ans passés (en partant de zéro, après un carton en moto qui l’a rendu handicapé à 70%), il a créé un club avec sa femme, son fils de 8 ans et un pote, le club c’était une table dans son garage. 10 ans plus tard il était numéro 2 en handi en Océanie et n°1 dans le Pacifique, dans les cinquante mondiaux en handi classe 8, diplôme d’entraîneur fédéral plus certification ITTF en entraîneur para. Juste en s’entraînant chez lui avec son robot, sans entraîneur, sans Youtube, rien, juste de la volonté et l’envie de progresser, d’être bon et de gagner.


(Hurricane 2) #96

Ah bah oui, ça c’est sur quand on a une table dans son garage et que c’est le club, pas besoin de se déplacer. lol

Ceux sont les autres qui viennent chez toi et là c’est vraiment génial, car après on mange, on boit un coup, et ça crée une vraie ambiance familiale.


#97

Pareil : la mienne aussi 10 ans…


(in Tokyo. 1350/Korbel/ T80 1.9/ SpinArt 2.1) #98

Il n’y a pas vraiment de club ici mais une grande salle où s’entraînent différents groupes.

Mes coéquipiers sont moins disponibles que moi pour venir s’entraîner et si je me pointe seul je dois me débrouiller pour trouver quelqu’un sur place qui veuille jouer avec moi. Ce qui veut dire par exemple quelqu’un qui est chaud mais voudra ne faire qu’un petit match, ou quelqu’un qui ne voudra pas faire d’exo. Ou bien quelqu’un d’un niveau débutant … quand il y a quelqu’un pour vouloir jouer… car l’esprit de groupe est fort dans ce pays (Japon) et comme je ne fais pas partie de LEUR groupe, souvent personne ne voudra jouer même si ils sont un nombre impair et que quelqu’un est seul. Ou bien il fera mine d’accepter de honte de refuser et à la prochaine rotation dix minutes après s’excuse et s’en va. Le coéquipier qui est seul va alors aller pisser en m’ignorant et je me retrouve comme un con et c’est très frustrant…

Bon ce n’est pas TOUJOURS comme cela évidemment, ca arrive aussi que je joue avec un très bon joueur qui est seul ou qui attend son pote, mais ça arrive assez souvent d’être comme un con. Étant donné la situation que fériez vous ? Aller à la salle quand même quitte à faire des services ou du physique si je me retrouve seul ? Ou bien ne pas perdre du temps et faire de la gym chez moi ou aller directement courir par exemple ???


#99

C’est en allant fréquemment dans la salle que les gens te reconnaîtront. Quitte à t’entraînera seul dans ton coin pendant quelques jours, semaines (ou mois). Au bout d’un moment quand les gens verront que tu es un joueur assidu, ils seront plus ouverts et viendront vers toi. La peur de l’autre n’est pas que français mais avec des efforts, parfois la curiosité de connaître l’autre emporte. La barrière de la langue (ou les a priori qu’ils ont envers toi à ce sujet) doit être un frein. Si tu leur glisses régulièrement quelques mots en japonais, ça cassera déjà un peu cette barrière. C’est comme ça que je m’y suis pris en débarquant de ma Thaïlande natale…


(olivier LESSEUR 1159 pts) #100

Quand je n’ai pas de partenaire d’entrainement à la salle, je fais des services avec un ou deux gestes à blanc derrière, selon le service travaillé.

Pour les exos, je fais selon les gens. Je commence à les connaître un peu psychologiquement et je sais ceux qui seront intéressé par un exos et ceux qui préfèrent direct un match “tout bête”.

Avec ceux qui veulent faire un match “tout bête” je me donne un ou des thèmes tactiques, la manière compte plus que le résultat. Surtout les joueurs plus forts car ils se sentent ainsi “utiles” pour toi. Avec ceux-ci, en ce moment, je travaille bloc et reprise d’initiative.

Il y a toujours des joueurs qui sont contents qu’on leur propose un exo histoire de changer du classique “t’es chaud, on fait un match ?”.

Après c’est sûr qu’il y a une quantité minimum … 1 fois par semaine, presque impossible de se maintenir … 2 fois possibilité de progresser un peu … 3 fois avec qualité on progresse à tout âge.