Accueil Actualité Archive forum Matériel Annonces Consentement

Coup de gueule: Devenir entraineur professionnel


(Julien germain) #1

Bon nombre de petits clubs n ont pas d entraineurs ou utilisent des entraineurs bénévoles, soit des retraités, chomeurs, rsa…des bosseurs non payé. Et ca commence a bien faire! Ils aiment leur sport, aiment transmettre, n ont pas les qualifications mais s investissent pour les autres. De plus Aujourd’hui on privilégie les jeunes mais on fait rien pour l adulte qui veut progresser, ce n est pas la priorité! Difficultés de trouver de bonnes structures dans des départements et régions isolées. Quand on habite une grande ville on a généralement la chance de pouvoir bénéficier d entraineurs pro. Alors que faire? Pour quelqu’un qui souhaiterait passer entraineur professionnel aller passer un diplome dejp pendant un an de formation, et au final ne pas pouvoir vivre sa vie de ça car aucune structure hors grandes villes pour le recruter a temps pleins car manque de moyens pour le rémunérer.


(Nicolas Saint Antonin) #2

Et ? ^^

Devient sponsors de plein de petits clubs… Met ton argent… Ensuite ils pourront employés quelqu’un… :wink:

Si les clubs n ont pas l’ argent ils vont pas employé quelqu’un…

Enfin la.je comprends vraiment rien à ton problème^^


(17 - Viscaria / CD : Bluefire JP02 ; RV : Bluefire JP02) #3

Après si tu es dans un département isolé tu savais à l’avance ce qui allait se passer… Rien d’étonnant…


#4

Et c’est encore pire depuis la fin des contrats aidés ! Ce n’est pas prêt de s’améliorer. Quand on pense que même au foot ils souffrent de cela …
Pitié , trouvez des bénévoles motivés prêts à se former et à s’investir. Il y a urgence pour le ping.


(olivier LESSEUR 1238 pts) #5

bah, ça n’a pas vraiment changé en 40 ans, j’ai appris le ping avec un retraité entraineur bénévole, et maintenant je fais comme lui …


(Thomas QUESNEE) #6

mon club a crée un groupement d’employeur avec le club de la commune voisine et embauche à temps plein un éducateur diplômé… à voir si c’est un modèle qui peut se développer avec l’aide des comités et des ligues… chez nous, ça fait maintenant 5 ans que le groupement existe


(Baltringue du ping) #7

Je pense que l’avenir ira vers ce type de regroupements, ne serait-ce que pour pérenniser les emplois, et parce que ce serait aussi une bonne solution pour que les petites structures qui n’ont pas les moyens de bénéficier d’un entraîneur pro puissent tout de même en bénéficier.


(Thomas QUESNEE) #8

après ça a été un peu galère pour trouver un nouvel éducateur qui avait déjà tous ses diplômes cet été (l’ancien était en train de les passer et n’a pas tout validé d’où son non-renouvellement)


(51 ans, Clst 15, Innerforce Layer ZLF, T05, GDT0x) #9

C’est ce qu’on entends de plus en plus ds les prétoires… :
“Bah, ç a n’a pas vraiment changé en 40 ans, j’ai appris la messe avec un vieux prètre, et maintenant je fais comme lui…”


#10

J’ai du mal à saisir le rapprochement ??? :thinking:


#11

C’est juste logique que les petits clubs ne puissent pas embaucher à temps plein un entraîneur.

La solution, comme dit plus haut, c’est de mutualiser un entraîneur pour par exemple 4 ou 5 clubs. Cela divise le salaire par 4 ou 5, donc un coût plus raisonnable pour des petites structures.

Faut pas oublier qu’un petit club de ping ne génère pas tant d’argent que ça. Sur une licence qui coûte environ entre 100€ et 200€ (hors indiv et même plus pour l’île de France), il y environ 50€ pour la FFTT/ ligue/ comité (j’ai pas regardé, c’est un chiffre approximatif de mémoire).
Faut aussi ajouter les coûts d’engagement des équipes + éventuelles pénalités financières.
Il y a aussi tous les coûts de matériel (tables, marqueurs, séparations, balles).

Un club qui a 50 ou 100 licenciés (compétition et loisir), n’a pas l’argent pour payer un entraîneur à temps plein.
Et moins de 100 adhérents, c’est le cas de la grosse majorité des clubs de ping.

C’est donc normal, que seules les grosses structures avec beaucoup de licencié, puissent payer un ou plusieurs entraîneurs à temps plein.

Dans des sports comme le football, rugby, handball, il y a énormément de bénévoles. Cela fait partie du système associatif.


(10-Grubba all+/Curl P1R 0.5/Rozena 1.9) #12

Avant de s’engager dans une démarche qui permet de devenir entraîneur professionnel dans le ping, il faut peser le pour et le contre :thinking:.
Combien y a-t-il de clubs professionnels ?
Combien y a-t-il d’associations ?
À combien se montent les subventions d’une association ?
Y a-t-il de la place pour moi dans ma région, en tant qu’entraineur rémunéré ?


(Speed 90 Fastarc P1 1,8 et 1,4) #13

J’ai l’impression que personne n’a compris le problème soulevé.
Petit club comité voire region isolee donc peu d’entraineurs, à mon sens ce n’est pas qu’un probleme d’argent. Il n’y aura pas assez d’entraineurs pour s’ocuper d’adultes sur 1 à 2 creneaux par semaine.
De plus les créneaux intéressants sont vite pris.
Entre l’entraîneur BEE1/DEJEPS et le bénévole, il manque à mon sens un entraîneur à mi chemin, entraîneur départemental ou régional, mais surtout un livre méthode d’entraînement plus simple que la méthode française.
Un joueur qui serait formé pour diriger un groupe et à qui on mettrait à disposition une méthode simplifiée d’apprentissage et d’entraînement pour adultes, cela changerait selon moi beaucoup de choses, et ferait bien des heureux.
Je n’ai pas souvent vu des clubs qui s’occupent d’adultes “loisirs” classés de 5 à 10 généralement.


(Thomas QUESNEE) #14

dans mon club, en Mayenne (pas forcément un département hyper urbanisé), la séance d’entraînement dirigé adulte est squatté par les 5 à 10 ^^


#15

Je suis entraîneur à plein temps. Il y a encore deux ans, j’étais entraîneur d’un groupement d’employeurs pour deux associations. Depuis, je me suis mis à mon compte grâce au statut de auto entrepreneur. Je pense que c’est une bonne solution pour pouvoir gagner sa vie de sa passion.
Après, il faut être bosseur et savoir dénicher les opportunités…


#16

Le problème, c’est que plus personne ne veut se faire “chier” avec ça. Par manque de temps, manque de motivation … L’immense majorité des joueurs sont de simples consommateurs qui ne pensent qu’à eux et qui sont souvent les premiers à la ramener quand on ne s’occupe pas d’eux.


(olivier LESSEUR 1238 pts) #17

il y a un premier niveau de formation pour entraineurs, cela s’appelle “initiateur de club”, je l’ai faite récemment. Après, il faut surtout avoir envie de transmettre et ensuite on apprend vite, il y a aussi plein de tutos sur youtube et d’exos sur ce forum. J’ai eu aussi la chance d’avoir l’exemple de bons entraineurs motivés et motivants dans mon club.
La seule solution pour moi est d’avoir des retraités qui ont envie d’aider et de les former.


(Baltringue du ping) #18

J’suis assez d’accord avec ça. Je ne sais pas comment c’était avant, mais dans l’état actuel des choses, effectivement il y a une perte notable d’investissement de la part des licenciés. Déjà quand on voit les galères que c’est pour former de nouveaux AR et JA1, on se dit qu’il y a du chemin.

Mais je rajoute cependant que les expériences et vécus de chacun ne sont pas non plus sans conséquences. Quand j’étais plus jeune, à 16/17 ans par là, je passais pas mal de temps au club pour relancer les gamins. J’avais aussi passé plus jeune encore mon grade d’AR, et j’avais arbitré certains matchs de PN/N3 de mon club. Et à part un des entraîneurs, je me souviens pas qu’on m’ait remercié de la moindre façon. Il y a eu un jour où ma motivation est tombée en peu en berne, et si on ajoute à ça le fait que j’avais envie d’aller jouer avec mes meilleurs potes dans le club voisin, autant te dire que l’investissement que j’avais réalisé jusque-là pour le club c’était encore moins qu’un détail. Je me suis fait cracher dessus, violemment parfois, et je suis parti en claquant violemment la porte.

Bah crois moi, après une expérience pareille, t’as plus envie de t’investir dans la moindre vie associative. Travailler avec des gens comme ça, c’est juste pas possible. Et ça c’est pas quand t’en as certains qui se tirent carrément dans les pattes entre eux, quand bien même ils sont de la même association.

Et pour en avoir discuté avec des joueurs qui sont ou ont été bénévoles dans d’autres associations, ce n’est pas mieux. Et ça passe par tous les types d’associations, y compris celles dont le but est pourtant la charité.

Mais là encore, ça dépend vraiment avec qui on travaille, mais une mauvaise expérience peut très vite en braquer certains aussi.


#19

Tu fais partie de ces gars qui s’investissent et qui sont donc de plus en plus rares ( surtout chez les jeunes ). Félicitations à toi. :wink:


(Baltringue du ping) #20

Tu peux parler à l’imparfait, malheureusement. Je ne m’investis plus comme avant, mais alors plus du tout. J’ai accepté de passer mon grade de JA, et je m’occupe donc des rencontres de mon équipe, éventuellement je suis disponible en cas de dépannage, mais ça s’arrête-là. Ah oui, je suis aussi au montage/démontage de la salle pour le tournoi, mais c’est franchement peanuts à côté de ce qu’il y a à faire au club. De temps en temps je suis allé coacher des jeunes aussi. Mais bon, c’est très marginal quand tu vois les efforts que d’autres font.

Mais depuis cette expérience dans mon premier club, bah je ne relance plus personne, je ne participe plus aux animations. Je suis là de temps en temps, mais clairement je ne réponds que rarement présent. Clairement l’envie n’y est plus…