Actualité Matériel Annonces Consentement

Antis de Der materialspezialist : collage et entretien

Encore un sujet sur les antis lisses mais cette fois sur le bon usage pour en prendre soin et pouvoir les décoller sans dommage.
Il me semble que ce sujet pourra rendre service tellement ces antis réclament de précautions.
Ce matin , j’ai vendu un anti de Der materialspezialist à un forumer.
Il s’agit du Best anti Defence.
Je lui ai conseillé de le coller avec une feuille autocollante avec le côté touchant le bois précédement badigeonné d’acetone pour diminuer le pouvoir collant de la feuille et pouvoir décoller sans abimer le revêtement.
Il s’agit , je crois , d’une technique préconisée sur ce forum.
Question : comment appliquez-vous l’acétone ?
L’acheteur me demande s’il peux utiliser la feuille autocollante et encoller préalablement son bois de colle voc ?
Je suppose que oui mais peut-être cela sera délicat de décoller proprement le revêtement ?
J’ai également oublier de lui préconiser le produit Pro anti-clean de DMS pour préserver le reverse de ces antis lisses.
Pensez-vous que celui-ci soit vraiment indispensable ?
J’en appellle aux testeurs de ces antis pour nous donner leurs astuces et leurs solutions de collage.
Avis à @cowboy210 , @popette59 , @bamboo, @Magnus et autres testeurs de ces antis.
Merci.

C’est vrai que ce produit permet de redonner un caractère très lisse à l’anti. Pour le collage, je ne peux aider, j’ai un collage “d’usine” par DMS car j’ai acheté le bois avec. Et avec ce que j’ai lu sur les difficultés de collage, je vais tenter de ne pas le décoller tout de suite…

Sujet intéressant :heart_eyes: Merci

1 J'aime

je te le conseille pas effectivement.

Sinon je partage un truc qui a été donné par Iceman111 sur ooak : il utilise une feuille autocollante butterfly, décolle le papier côté bois et le colle et le décolle successivement 4 ou 5 fois sur une surface lisse de type plan de travail de cuisine propre. ça lui permet de retirer une partie de l’adhésif d’usine de la feuille côté bois. Ensuite il colle ladite feuille sur son bois et colle son anti ensuite sur la face “revêtement”. ça lui permet d’avoir un collage suffisant côté bois tout en décollant facilement l’ensemble si il désire le mettre sur un autre bois. j’ai pas encore essayé mais je trouve l’idée séduisante.

2 J'aimes

@popette59,
oui l’idée semble intéressante et c’est un peu le même principe que l’application d’acétone préconisé par cowboy210.
Le concept étant de diminuer le pouvoir collant de la feuille côté bois.
Par contre j’ai pas bien compris de quelle manière il applique l’acétone. Peut-être avec un pinceau ?
@cowboy210 si tu passes par là :wink:.
Je me demande également pourquoi la feuille auto-collante est obligatoire. Je suppose que c’est parce que la mousse de ces antis doit d’une certaine façon boire la colle mais est-ce vraiment le cas avec toutes les colles ?
Les colles latex par exemple sont quand même bien compactes.
N’hésitez pas à partager vos astuces et vos connaissances en la matière , cela pourra servir à tous.

Amir Ahmed conseille clairement de n’utiliser que les feuilles autocollantes. D’après lui les colles modifient l’amortissement de l’anti, et je partage son avis. Quand j’ai décollé les antis que j’avais collé à la blanche, la mousse s’était rétractée sous la colle latex, même avec la revolution n°3 que j’utilise avec bonheur sous toutes les autres plaques. La mousse du megablock, par exemple, est tellement tendre et si peu élastique que dès que tu essayes d’attraper la plaque avec deux doigts entre topsheet et dessous de la mousse, tu l’écrases et elle ne revient pas à la normale. A mon avis le moyen donné par iceman111 est le meilleur, c’est ce que j’utiliserai la prochaine fois que je colle un anti.
D’autre part attention à l’acétone, la mousse du megablock y est très sensible, elle l’absorbe à mort et ça désolidarise le topsheet de la mousse.

@popette59, merci pour ton retour d’expérience.
Quand je jouais avec ces antis et cela me reprendra sûrement , je me contentais de l’application classique de la feuille autocollante et cela allait très bien.
Mais dés que je décollais , je savais que la plaque partait à la poubelle.

Bah en même temps c’est pas gênant si tu changes la plaque pour une neuve. Le tout c’est surtout de pas abîmer le bois.

C’est clair :wink:.
Pour éviter ça j’utilise un spray decollant.
Avant tibhar en faisait un super qui faisait bien le boulot mais celui-ci ne se vend plus.
On trouve plus en spray que la marque gewo qui aide un peu au décollage mais ça reste bien galère.

Pour le collage du MB:
La mousse a une consistance de textile, elle est tendre et fragile.
Comme toutes les mousses tendres, il faut faire attention au décollage.
Je propose de diminuer le pouvoir collant du produit en le coupant avec de l’acétone.
On prend un pot de colle remplie au 3/4 ou 2/3, on complète avec de l’acétone.
Deuxième point: Ne pas trop encoller la mousse, ça la fait durcir, et le décollage est encore plus difficile.
Je mets juste un peu de colle sur la mousse, elle est très absorbante.

Si le collage n’est pas suffisant, j’encolle ( généreusement ) le bois une seconde fois.

Je ne suis pas fan de la feuille autocollante, chacun ses préférences.
J’ai pas envie de prendre des risques pour mon Violin.

@popette59,
tu as sûrement raison , si le fait de coller et décoller plusieurs fois la feuille autocollante côté bois sur une surface lisse et propre permet de diminuer le pouvoir collant , la technique d’iceman111 doit probablement être la meilleure et aussi la plus écologique.
Sinon pour l’acheteur de mon anti lisse qui pensait utiliser la feuille auto-collante après avoir d’abord apposé une couche de colle sur le bois et laisser sêcher , c’est pas non plus une mauvaise idée ?
A défaut de pouvoir réutiliser l’anti au moins il préservera son bois.

Si il fait ça avec de la colle blanche oui, moi c’est comme ça que j’avais fait, deux couches de revolution n°3 sur le bois, puis j’ai collé l’anti par-dessus avec une feuille. Pour les performances de l’anti c’est ok, pour le bois aussi, par contre c’est un one-shot, au décollage l’anti est mort. Quoique, avec de l’acétone, on peut le décoller, mais là il faut se préparer à recoller le topsheet et la mousse de l’anti ensemble (c’est ce qui m’est arrivé la dernière fois).

1 J'aime

Merci @cowboy210 pour ton intervention.
Je croyais que tu mettais de l’acétone sur une feuille auto-collante côté bois.
Je vois qu’il n’en ait rien et que tu n’utilises pas la feuille mais juste de la colle diluée à l’acétone.
Cette technique semble intéressante également et effectivement quand on sait les ravages qu’une feuille auto-collante peux engendrer sur un bois, c’est pas inintéressant de pouvoir s’en passer.
Quel type de colle utilises-tu pour la dilution avec l’acétone ?

J’utilise de la colle VOC.
Je ne maitrise pas les feuilles autocollantes.
A noter que certaines feuilles sont meilleures que d’autres, il faut connaitre.
Je ne me lancerai pas dans une tentative à la feuille autocollante sur un Violin.

Les tibhar duo sont les meilleures. le côté bois ne colle pas trop. Si on craint pour son bois on peut encore appliquer la tactique iceman111 à savoir coller/décoller plusieurs la feuille sur une plaque de verre ou un plan de travail avant de la coller sur le bois.

En tout cas merci à tous pour vos interventions.
Je pense maintenant que mon acheteur aura suffisamment d’informations pour bien débuter dans l’art délicat du maniement de ces antis lisses aussi bien à la table que lors du collage :wink:.
Ne jouant pour le moment plus avec ceux-ci , je laisse à présent ce sujet entre les mains de leurs utilisateurs et j’espère qu’ils trouveront ici les réponses à leurs questions les plus diverses.